La Maison des arts plastiques en Rhône-Alpes

Des infos: http://www.mapra-art.org/index.html

Martian Ayme www.martian-ayme.com , artiste plasticien Haut-savoyard me transmet ce billet destiné au Bloc Note de la MAPRA:C’EST PAS D’LA SOUPE… Le Gouvernement a l’ambition de « …faire de Paris une place de création majeure. » Tels sont les termes utilisés par M. le ministre délégué au budget et à la réforme de l’État à propos de l’alinéa 9 de l’article 93 du Code général des impôts qui vient d’être voté et qui commence ainsi :

« 9. Les auteurs œuvres d’art au sens du 1° du I de l’article 297 A bénéficient d’un abattement de 50 % sur le montant de leur bénéfice imposable au titre de la première année d’activité ainsi que des quatre années suivantes… » Bien loin de moi l’idée d’un crachat dans la soupe. Les artistes ont bien de la chance : le gouvernement reconnait leur importance, et leur donne un coup de pouce en leur dénichant une niche fiscale. Mais la réalité est peut-être un peu moins glorieuse : à y regarder de plus près je ne suis pas sûr que cette mesure risque de coûter bien cher à notre gouvernement ; explication…

Au vu de leurs revenus actuels quel sera le pourcentage, ou le nombre d’artistes qui débutent et qui auront des revenus suffisants pendant leurs 5 premières années (à compter de 2006) pour vraiment en profiter ; surtout que ces dispositions ne s’appliquent qu’aux revenus résultant de la cession des œuvres, et cessent de s’appliquer en cas d’étalement. Combien d’artistes vont pouvoir profiter à plein de cet abattement limité à 50 000 euros par an (somme généreuse au demeurant) à part quelques uns, et encore ; en tout cas certainement pas en région ! La soupe ne serait-elle qu’un brouet clair ? Je note au passage que l’ambition porte sur Paris, et sur les revenus ! Elle ne porte pas sur l’ensemble du pays, ni sur les difficultés qu’ont les artistes, tous les artistes, pour être vus. Combien d’artistes « invisibles » par manque de lieux, pour combien de montrés en quelques lieux choisis ? Peut-être que si on voyait un peu mieux les « jeunes artistes », et tous les autres, le public pourrait déjà mettre lui-même un peu de gras dans la soupe ; et les jeunes artistes mieux profiter de l’alinéa.

Et puis j’aimerais bien que l’on me dise si les intéressés, les artistes en l’occurence, ont été consultés… Si, par exemple, la Maison des artistes qui, me semble-t’il, vu le nombre de ses adhérents, peut être estimée comme « assez » représentative de la profession, a eu son mot à dire dans le cadre de la préparation du 93, alinéa 9. Non, vous ne me ferez pas dire que c’est du rata[ge], mais j’y ai pensé. Le jour où les intéressés (et les artistes ne sont pas les seuls !) seront consultés, et entendus, et où l’on pourra commencer à envisager des mesures véritablement efficaces, je n’y penserai plus.

Martian AYME (Février 2006)

Leave a Reply

Complétez le calcul (obligatoire) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.