Rôle de l’art contemporain

Pour inaugurer ma carrière de blogger, j’avais proposé d’échanger quelques idées sur le rôle actuel de l’art contemporain qui me laisse dans la perplexité. Je publie la récolte ici dans la rubrique commentaire. Il est possible de retrouver leurs auteurs sur le blog où j’ai fait mes premiers pas: http://www.musarte.blogspot.com/

2 Responses to “Rôle de l’art contemporain”

  1. Musarde dit :

    Commentaires recueillis sur le blog de Musarte qui précède celui de Muzarte 

    Gaetan a dit?
    Ce qui me laisse perplexe, moi, c’est qu’un artiste contemporain se soucie du rôle qu’il joue dans la société.Car l’impression que me donnent les expositions que j’ai pu visiter est celle d’irresponsabilité.Les artistes d’autrefois étaient estimés selon des critères clairs et objectifs: la ressemblance au réel,la richesses des couleurs etc…Ceux d’aujourd’hui me semblent se calfeutrer derrière l’indicibilité de leur talent.
    Je veux croire que la plupart d’entre eux désire agir sur moi, mais je crains qu’ils ne s’en fichent complètement.

    6:35 AM

    MusArte a dit?
    Quand j??ai quitté les Beaux-arts, il n??était question que d??académie, quand j??ai repris les armes le conceptuel était déjà dépassé? Le champ des définitions de l??art est vaste. Pour ce qui est du talent, dans les arts plastiques comme dans touts les métiers il y a des personnes qui auraient été plus heureuses dans d??autres domaines, celui-ci ne fait pas exception à cette règle.

    A part ça, peu d??artistes parviennent à s??enrichir de la vente de leurs ?uvres, mais je veux croire que ça reste une noble profession. Si j??ai choisi ce métier c??est pour y tenir une partition, pas pour faire de la figuration. Moi, je me vois comme une guetteuse de surface, je tente de saisir le furtif et de le mettre en ?uvre. Je suis une faiseuse d??images. Je fais feu de tout état intérieur et de tous les hasards qui n??en sont pas. Je me débrouille de tous mes artifices pour transmettre ce petit peu de rien, c??est ce qui me fait vivre mais sans le regard de l??autre à quoi sert de montrer ?

    Chaque artiste anime plus ou moins modestement une scène sociale plus où moins importante, une sorte de fan club si j??ose dire. Question : quelles parties d??elles-mêmes les personnes qui gravitent autour de ce noyau engagent-elles et quelle est la marge d??influence plus ou moins consciente de chacun ?

    4:20 PM

    Muriel a dit?
    Merci et bravo!
    Perplexe es-tu sur le rôle de l’art contemporain dans la société?
    Perplexe suis-je sur la société contemporaine tout court.
    Mon remède à la perplexité=
    coeur + rage = courage…
    Amitié, Muriel

    4:19 AM

    Lancelot a dit?
    Pour moi le problème ne se pose même pas. L’artiste crée en fonction de son inspiration, quelque soient ses motivations profondes égoistes ou altruiste … Le public est là pour juger. Si l’oeuvre lui plait il achète.

    Pourquoi donc se compliquer la vie avec des considérations métaphysiques ?

    11:29 AM

    çameva a dit?
    je pense comme Lancelot, faut pas se gratter mais y aller carrément et puis si ça plaît ou pas ce n’est pas le problème de l’artiste…

    1:16 PM

    MusArte a dit?
    Merci Muriel pour ton commentaire sincère. Il montre un besoin de carburant que nous partageons toutes deux depuis longtemps.

    Lancelot et ?ameva ont bien raison de renvoyer l??artiste à ses casseroles, c??est la situation rêvée pour lui. Je suis d??accord que tout artiste qui se gratte est entrain de passer à une autre discipline. Le hic, c??est qu??un être humain possède plusieurs facettes de personnalité. Le point de vue mercantile en fait partie, tout comme le point de vue existentiel. S??il fallait se contenter de la reconnaissance du public par l??argent, peu d???uvres verraient le jour. La vente d??une ?uvre est quelque chose de hasardeux, le coup de coeur du spectateur est le fruit d??une part de hasard, il peut désirer un objet pour sa charge affective ou à cause de circonstances aléatoires et discutables. De plus certaines ?uvres s??affirment résolument, d??autres mettent leur temps à se révéler. Il ne me parait donc pas suffisant de réduire l??artiste à son ?uvre.

    Peut-on objecter que si chacun cultivait sa spécialité tout irait mieux dans le monde ? Moi je peins à l??aquarelle, toi tu fais de l??huile, moi je fais de la gravure, toi tu peins au couteau, etc? tout ça avec l??atelier pour seul horizon, le peintre artisan d??art. Et pour les expos, il y a un agent efficace et des galeries qui n??attendent que nous ? C??est que sommes une multitude dans la profession et que très peu sont des élus reconnus du grand public?
    Et l??inspiration d??où est-elle censée venir ?
    Question : comment définir le domaine de l??artiste contemporain aujourd??hui ?

    7:06 AM

    Epinen a dit?
    C’est vrai que les définitions de l’art sont nombreuses. Toutefois je pense qu’elles peuvent se ramener à 3 ou 4 groupes. Une sorte d’art tient compte de la demande du public. C’est art commercial (qui peut être superbe) mais ceux qui le pratiquent devraient en toute honnêté se nommer des artisans. Une autre catégorie se met au service d’une propagande idéologique (l’art communiste, par exemple); ceux qui le pratiquent, en fait, se prostituent, avec souvent d’excellentes raisons. Et puis il y a les artistes qui créent par besoin, comme on éternue. J’appelle ceux-là de vrais artistes. Mais pourquoi sont-ils malheureux si personne ne leur répond « à vos souhaits »? Apparemment, MusArte, ton étape professionnelle dans le social a laissé des traces! L’absence du regard de l’autre est aussi une réponse qui peut être intéressante à méditer.
    Que cela ne freine pas ta créativité!

    7:17 AM

    MusArte a dit?
    Merci Epinen, pour ton commentaire intéressant, ta définition des artistes a le mérite d’être claire et c’est toujours bon pour mettre un peu l’ordre dans les idées. Je soupçonne qu’il y aurait encore bien d’autres catégories d’artistes à énumérer, plus hybrides et dont je dois probablement faire partie puisque je ne me reconnais à plein temps dans aucune des catégories mentionnées, mais un peu dans toutes. Je ne me répèterai jamais assez, la psyché est un sacré melting pot.

    Mais tu le dis toi-même j??ai fait un détour par le champ social et par le moule pédagogique avant de reprendre les armes dans l??art. Je reconnais volontiers aussi que je gonfle les rangs des écorchés vifs qui doivent se soigner toute leur vie (mais ça va plutôt bien, merci), il m??a fallu une bonne cuirasse pour affronter la réalité, il y a donc un carré dans mon jardin pour cultiver la denrée « psy quelque chose ».

    Mais trêve de confidences, je suis consciente que certains auteurs ont déjà fait un certain travail sur ce thème et ça me donne envie de faire quelques lectures. J??ai sous la main « Tout l??art contemporain est-il nul » de Patrick Barrer. Je reviendrai sur le terrain avec mes prochaines trouvailles pour ne pas galvauder l??attention d??autrui. A bientôt et merci encore.

  2. Musarde dit :

    Les quelques liens ajoutés sur le blog au cours des jours amènent déjà un peu d’eau au moulin de la réflexion.